Articles

Groupe de Montpellier

Le groupe de Montpellier travaille sur la thématique du langage dans l'apprentissage et dans l'enseignement des mathématiques, en particulier sur l'articulation des différents registres sémiotiques.

A partir des travaux antérieurs sur la notion problématique des équations de droites en seconde, le groupe a entamé l'exploration de la construction de certaines notions au collège : (demi)-droite graduée et repère cartésien en particulier, qui semblent fondamentaux à l'articulation collège-lycée.

Le lien est étudié avec la construction des nombres. Des situations ont été élaborées pour le collège et pour le lycée, ainsi qu'une étude comparative de ces objets entre les anciens et nouveaux programmes.

Les situations ont servi lors d'un stage de formation pour les professeurs T1 et T2.

Un atelier a été animé lors du colloque CORFEM de Nîmes en juin 2016.

 

Groupe de Perpignan

Le groupe a mené en 2015-2016 une réflexion approfondie sur la construction du nombre au lycée, grande absente des actuels programmes. Il a recensé les niches des programmes permettant de travailler les nombres, identifier les obstacles didactiques et entrepris l'élaboration de parcours d'étude et de recherche permettant de prendre en compte la construction des nombres au trois niveaux du lycée général. Certaines expérimentations ont pu commencer, et un article sera à envisager.

Trois stages au Plan Académique de Formation ont été confiés à des membres du groupe.

A venir

Groupe lycée professionnel

 

Le groupe rassemble des universitaires spécialistes de mathémtiques et de physique familiers avec l'interdisciplinarité et la didactique, des enseignants PLP et des inspecteurs PLP math/physique.

En 2015-2016, la séquence basée  sur le problème de la boule mise dans un récipient cylindrique et recouverte d'eau, présente sous des formes et avec des modélisations variées dans différents manuels, et permettant un travail à la fois mathématique et physique, qui a été élaboré en 2014-2015 a commencé à être testé au niveau CAP.

Parallèlement, le groupe a envisagé d'autres situations suscitant des prises d'initiatives et a décidé de se lancer dans de nouvelles expérimentations sur les urnes de Brousseau.

La situation des billes a pu être proposée au colloque de Rouen lors des ateliers Maths-Sciences du Colloque Inter IREM.

 

A venir